Pages vues les 7 derniers jours

jeudi 13 mars 2014

Reprise de l'activité!

Sous le soleil: les jardiniers. Sous les feuilles qui recouvrent les parcelles: nos amis les vers de terre.
Mais à quoi ça sert un ver ? 
Le premier service que cette population nous rend c’est de travailler le sol à notre place. Les vers sont d’infatigables travailleurs: ils creusent des galeries bénéfiques, au sol, aux plantes. On trouve jusqu’à 900 m de galerie par m3 de terre.
Ces galeries permettent à l’eau de bien mieux s’infiltrer dans le sol. A l’eau mais aussi à l’air. Les galeries sont aussi des voies toutes tracées pour les racines qui en plus trouve à sa disposition les déjections de vers et de l’eau.
Les vers permettent aussi la décomposition et l’incorporation de la matière organique dans le sol, ils sont capables de traiter une demi tonne de déchets par an sur 100m2 de jardin. Les fameux turricules sont un concentré d’éléments nutritifs pour les plantes.
Les vers sont aussi des transporteurs de marchandises. Ils ont besoin de matière minérale qu’ils prélèvent en sous-sol pour les remonter en surface mélangée à la matière organique dans les turricules. Ils aident aussi au développement et au déplacement des bactéries et micro-organismes.
La présence des vers est capitale dans la recherche d’un potager sain et équilibré, cet auxiliaire de premier ordre doit être choyé !
Pour que les vers puissent vivre, ainsi que la flore microbienne indispensable à la vie du sol, la grelinette permet d'ameublir profondément le sol sans modifier l'ordre des couches. Et oui ! il faut s'occuper de la santé et du bien-être de toutes nos précieuses petites bêtes, celles qui créent la véritable fertilité de nos terres. Toutes celles qui vivent en haut (les bactéries, les champignons, les êtres vivants microscopiques, et les tout petits insectes...) sont aérobies, et ont besoin d'oxygène et d'humidité légère pour accomplir leur travail de décomposition et de stockage de la matière organique.
Si d'un coup de bêche malencontreux et assassin, voilà qu'on les envoie tout en bas, là où il fait froid, sombre, humide, étouffant, que peuvent-elles bien faire ? Pas le choix : c'est remonter ou mourir. Parfois elles réussissent le grand voyage, mais que de temps perdu !
Inversement, les organismes anaérobies du sous-sol seront tout aussi malheureux de se retrouver en haut, en plein vent, en pleine sécheresse, à la lumière. Donc comme moi grelinez joyeusement:
Ci-dessous, Claire tient parole: elle veille à la beauté du massif d'entrée.
Gilbert attention au coup de soleil!
Après la grelinette, le croc est un formidable instrument pour désherber et ameublir. Daniel à le croc.
Hervé connaît aussi les joies de la grelinette. Avec un entretien régulier, l'an prochain ce sera plus facile, beaucoup plus facile...
Voici le résultat: ces pissenlits ne repousseront plus, les racines sont totalement enlevées.
Bonjour ma belle salamandre. Attention, ne le touchez pas, a peau épaisse et brillante de la salamandre tachetée est munie de nombreuses glandes qui sécrètent une fine couche de mucus empoisonné par une neurotoxine qui agit par contact avec les muqueuses. Les sécrétions produites par les glandes des salamandres tachetées sont classées parmi les alcaloïdes. Elle est insectivore, elle peut vivre 50 ans et est inoffensive si on se contente de la regarder. Laissons la vivre.

Lydie à la grelinette
et Marie-Renée à la fourche-bêche.
et Guénael au pousse-pousse, belle invention!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire