Pages vues les 7 derniers jours

samedi 30 novembre 2013

Couvrir le sol pour l'hiver


Ci-dessous un article  tiré du net: gerbeaud.com. En cliquant sur les mots soulignés, vous accèdez à d'autres infos.
En fin de saison, le potager se vide après les dernières récoltes. Plutôt que de laisser le sol nu tout l’hiver, protégez-le grâce à une couverture végétale. Vous en tirerez profit au prochain printemps.

Couvrir pour préserver la fertilité


Il ne s’agit pas de protéger la terre du froid ni de maintenir l’humidité comme en été mais de limiter l’érosion due au vent et au gel et le lessivage causé par la pluie qui fragilisent le sol. Cela permet de maintenir la couche de terre superficielle, riche en humus et en minéraux.

Préparer le terrain


Oubliez le traditionnel labour d’automne et dispensez-vous d’ameublir. Il suffit en fin de compte de nettoyer les planches du potager, c’est-à-dire d’ôter les restes de culture et les adventices les plus développées.

Semer un engrais vert



Les engrais verts sont des plantes cultivées spécialement pour enrichir le sol. Pour nous: la moutarde et la phacélie . Ils sont semés dès la fin de l’été. Leur végétation abondante protège le sol, leur système racinaire puissant décompacte la terre et leur décomposition apporte de l’humus et des minéraux puisés en profondeur. Au début du printemps, ils seront enfouis superficiellement.
Il n’est pas toujours facile de les utiliser dans un petit potager où les cultures succèdent les unes aux autres. Par ailleurs, ils peuvent subir le gel durant l’hiver, ce qui limite l’efficacité du couvert végétal.

 

Recycler les déchets du jardin

Réservez une partie des déchets que vous compostez habituellement  comme les tontes de gazon et les feuilles mortes. Les tiges des vivacesrabattues en novembre peuvent aussi remplir cet office à condition d’avoir été broyées. Les feuilles des arbustes et des bouleaux, de petite taille, sont parfaites pour cet usage. Vous pouvez placer en dessous des cartons sans encre après les avoir arrosés pour les lester. D’ici le printemps, tout sera décomposé.  Ci-dessous Didier et son fils au travail.
 De nombreuses autres parcelles sont à ce jour couvertes de feuilles, herbes...
 Vous pouvez aussi recouvrir le sol de compost. Quel que soit le matériau employé, disposez une couche de 5 à 7 centimètres. Evitez ceux qui sont trop acides tels que les conifères ou les végétaux ligneux trop riches en carbone, ils absorberaient tout l’azote du sol. Mélangez–les à des déchets verts azotés.
Les matériaux inorganiques (toiles en plastique noir et vieux tapis) facilitent certes le réchauffement de la terre au printemps mais ils sont peu écologiques et ont l’inconvénient de ne pas se dégrader. Vous devrez les retirer au printemps.

A la fois engrais et amendement

Ce matelas végétal qui semble inerte grouille de vie. Il  favorise l’action des micro-organismes et des vers de terre (friands de carton notamment) qui digèreront cette matière organique pendant l’hiver. Il sert de gîte aux insectes utiles et de garde-manger aux oiseaux. Il m’est même arrivé d’y trouver un hérisson en hibernation. Devenu humus, il nourrit le sol et l’amende en donnant du corps aux terres légères et en allègeant les terres lourdes.
Sans aller jusqu’à dire que ce paillage permet de supprimer le travail du sol, il le facilite grandement, la terre ainsi couverte est particulièrement agréable à travailler, moins compacte, moins boueuse et surtout beaucoup plus souple. Elle se réchauffe aussi plus vite. La pousse des mauvaises herbes est considérablement réduite, autant de travail en moins pour le jardinier lorsque le potager sera remis en culture. L’idéal est alors de ne pas bêcher  profondément. L’humus, qui a de toute façon tendance à disparaître naturellement, ne serait pas utilisable par vos cultures. Ameublissez à la grelinette ou passez rapidement lemotoculteur. Vous pourrez commencer à faire vos premiers semis dans une terre vraiment très fine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire